Voici quelques réponses aux questions les plus fréquentes concernant les thérapies cognitivo-comportementales.

 

Les thérapies cognitivo-comportementales, c'est quoi?

Les thérapies cognitives et comportementales sont de plus en plus connues du grand public.

Les personnes souffrant de difficultés psychologiques sont de plus en plus à la recherche de spécialistes pratiquant ce type de thérapie pour les aider à faire face à leurs difficultés. 


Ce style de thérapies présente plusieurs caractéristiques :

Il existe un objectif clair à l’intervention psychologique, défini d’un commun accord entre la personne et le thérapeute : la modification observable de comportements, de pensées, ou d’émotions problématiques.

 

L’accent est mis sur les problèmes rapportés par la personne et leur résolution par la réalisation d’exercices pratiques.

 

 

Ces méthodes se basent sur la démarche scientifique. Comme pour la plupart des autres pratiques médicales, les thérapies comportementales et cognitives sont constamment évaluées et améliorées par la recherche s’appuyant sur la méthode scientifique.

 

L’intervention repose sur une collaboration active entre la personne et le thérapeute. Le thérapeute accompagne la personne dans son parcours mais c’est elle qui fait la partie principale du travail. 


Comment fonctionnent les thérapies cognitivo-comportementales?


Une démarche ancrée dans le présent

Les thérapies cognitives et comportementales (TCC) traitent des difficultés psychologiques en utilisant une approche basée sur les problèmes rencontrés actuellement par la personne. Cela signifie que les TCC abordent les problèmes selon une approche qui s’inscrit dans l’« ici et maintenant » et tentent de résoudre ces problèmes sur base de stratégies concrètes.

 

Un travail collaboratif 

Dans un premier temps, une analyse de la problématique est réalisée, c'est-à-dire que le thérapeute et la personne vont tenter d'identifier ensemble les éléments qui posent problème. En effet, lorsque quelqu'un est mal dans sa peau, il peut avoir l'impression d'un malaise général ou encore que plus rien ne va dans sa vie.

 

Cependant, on constate la plupart du temps que les difficultés apparaissent dans des domaines bien précis ou dans des situations bien particulières. Le thérapeute invite donc la personne à observer comment ses pensées, ses émotions, ses sensations physiques ainsi que ses habitudes peuvent interagir entre elles. Ces observations ont pour but de mieux comprendre les difficultés rencontrées de manière quotidienne.

 

Actif

Ensuite, une fois que le problème est bien identifié, il est proposé au patient de modifier progressivement certaines habitudes et de mettre en place de nouvelles façons de se comporter dans les situations difficiles. Ces modifications de comportements permettent de tester d’autres manières de réagir et d’en voir les conséquences.

 

!!! Remarque importante !!!

Les principes de traitement donnés ici sont très généraux. Mais dans la pratique, les problèmes des personnes sont souvent complexes. Par conséquent, le traitement doit se baser sur une analyse détaillée des difficultés rencontrées. La prise en charge est toujours hautement personnalisée et adaptée aux contraintes personnelles de chacun.

En d’autres termes, les TCC ne sont pas la simple application d’un traitement standard pour un trouble. Elles sont, au contraire, un traitement individualisé répondant à la fois à la demande et aux particularités du problème de chacun. En effet, chaque personne étant unique, un traitement tenant compte des spécificités de chaque individu est la meilleure garantie de succès thérapeutique. 

 

Est-ce que cette approche ne traite pas les problèmes de manière superficielle, à savoir les symptômes plutôt que les causes profondes ?


Les difficultés psychologiques sont souvent multifactorielles et trouver une cause unique à un problème relève souvent de l’utopie. Cependant, lorsque les troubles perdurent, des mécanismes d’entretien du troubles sont souvent mis en place. Les TCC vont s’attaquer aux facteurs de maintien d’un trouble qui entretiennent généralement le trouble de manière autonome.

Ainsi, par exemple, les stratégies d’évitement d’une personne phobique maintiennent la peur puisque la personne n’a plus l’opportunité de se confronter à l’objet de sa phobie.

Les TCC traitent donc les problèmes en profondeur puisque les facteurs de maintien sont traités en priorité.